Que devient le réseau existant en cuivre ?

Le réseau cuivre historique, qui supporte les abonnements ADSL actuels, est géré par l’opérateur Orange, pour le compte de l’ensemble des opérateurs français. Avec l’arrivée de la fibre, ce réseau va progressivement disparaître. Cette page est dédiée au suivi de l’actualité du démantèlement du réseau cuivre en Vendée.



Point au 6 juillet 2022

Pour accompagner cette bascule technologique, l’Arcep a fixé dans sa décision n° 2020-1446 du 15 décembre 2020 les conditions devant être respectées par Orange avant de procéder à la fermeture de son réseau cuivre. Cette décision prévoit également qu’Orange lui notifie son « programme de fermeture de la boucle locale cuivre » et que celui-ci fasse l’objet d’une consultation publique.

Le programme de fermeture d’Orange et les réponses des acteurs à la consultation publique seront analysés par l’Autorité. Celle-ci veillera à ce que la fermeture du réseau cuivre se fasse selon un rythme et des modalités préservant l’intérêt de tous les utilisateurs, particuliers et entreprises, et garantissant une concurrence effective et loyale entre les opérateurs.

Orange a remis à l’ARCEP (autorité des télécommunications) en janvier 2022 son projet de fermeture du réseau historique cuivre (ADSL), avec un objectif d’extinction complète pour 2030.

Le plan proposé prévoit une fermeture en plusieurs phases :

  • Une phase d’expérimentation jusqu’en 2025, avec des villes tests (villes dont le déploiement de la fibre est supérieur à 95 %).
  • Une phase de fermeture technique complète qui s’étendra de 2026 à 2030.

L’ARCEP a lancé une consultation publique du 7 février au 4 avril 2022. L’avis des acteurs du secteur a été sollicité sur l’ensemble du document mis en consultation.

Les collectivités locales vendéennes et Vendée Numérique attendent désormais la conclusion de cette consultation, via un rapport officiel émis par l’ARCEP, afin de connaitre les modalités d’extinction du réseau cuivre, le calendrier retenu et les premières villes vendéennes concernées par une éventuelle phase expérimentale d’ici fin 2025.